Immatériel, mais pas intouchable! Ce que les pratiques alimentaires « font » au patrimoine

Colloque: Gastropolitique et patrimoine alimentaire: recits, pratiques, valeurs, Paris, MNHS, 16-17 novembre 2017

En dépit des réticences de l’Unesco à l’égard des premièrestentatives visant à faire reconnaître les pratiques alimentaires comme relevant du domaine du « patrimoine culturel immatériel » (PCI), ces dernières constituent aujourd’hui une part importante, et croissante, des éléments inscrits sur les Listes du Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. Exemple paradigmatique des usages de la culture comme ressource, l’institution de cette typologie de patrimoine met au jour des enjeux fondamentaux comme le rôle du patrimoine dans le  développement durable ; les relations entre le patrimoine et le marché ; l’essor de l’entrepreneuriat patrimonial ; la revendication de droits de propriété intellectuelle. Notre contribution explore les diverses controverses suscitées par cette nouvelle « catégorie » patrimoniale, à partir de l’observation des débats qui ont eu lieu au sein du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Il s’agit, pour nous, de tenter de comprendre comment l’entrée de l’alimentation dans la sphère du patrimoine contribue à perturber, à renouveler ou à repenser la notion telle qu’elle avait été définie à partir du XIXe siècle.

Patrimoine et développement: le repas gastronomique des Français et l’art du pizzaiolo napolitain

Intervention au Master pro Industries culturelles France-ItalieSorbonne Nouvelle-Paris 3, Vendredi 27 octobre 

A partir de l’observation ethnographique de la fabrication du dossier du repas gastronomique des Francais nous explorerons le domaine grandissant du patrimoine culturel immatériel alimentaire dans le cadre de la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Une comparaison avec le dossier de l’art du pizzaiolo napolitain fera ressortir les enjeux économiques du patrimoine immatériel. Nous aborderons ainsi  la relation controversée entre sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et développement durable.

 

What did Confucius eat? China’s struggle with culinary heritage

By Philipp Demgenski

Paper presented at the American Folklore Society 2017 Annual Conference in Minneapolis, USA, October 18-21, 2017.

Panel: Traditions in Transition: Intangible Cultural Heritage in Asia

Abstract:

In this paper, I focus on the example of Confucian Family Cuisine (kongfu cai), which was selected as a potential nomination for the UNESCO ICH list, but which also remains strikingly unknown to the general Chinese public. The case reflects a struggle at national and local level, among and within different heritage bodies to get the UNESCO label attached to elements of Chinese cuisine. My paper illustrates some of the frictions that exist at the nodes where a global (food) heritage regime intersects with national and local heritage policies and discourses and also reflects upon some general problems pertaining to the meaning and purpose of food as ICH.

ICH and development: a controversial relationship

Paper presented at the International Academy on UNESCO Designations and Sustainable Development, UN Campus, Turin, 8-13 October 2017.

The Academy consists in a mix of lectures, working sessions, seminars and debates, together with visits and meetings with relevant stakeholders. Local case studies have been selected considering their specifi
c relevance and their capacity to show good practices in relation to the role of cultural and natural resources towards the attainment UN Agenda 2030 Sustainable Development Goals.