Immatériel, mais pas intouchable! Ce que les pratiques alimentaires « font » au patrimoine

Colloque: Gastropolitique et patrimoine alimentaire: recits, pratiques, valeurs, Paris, MNHS, 16-17 novembre 2017

En dépit des réticences de l’Unesco à l’égard des premièrestentatives visant à faire reconnaître les pratiques alimentaires comme relevant du domaine du « patrimoine culturel immatériel » (PCI), ces dernières constituent aujourd’hui une part importante, et croissante, des éléments inscrits sur les Listes du Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. Exemple paradigmatique des usages de la culture comme ressource, l’institution de cette typologie de patrimoine met au jour des enjeux fondamentaux comme le rôle du patrimoine dans le  développement durable ; les relations entre le patrimoine et le marché ; l’essor de l’entrepreneuriat patrimonial ; la revendication de droits de propriété intellectuelle. Notre contribution explore les diverses controverses suscitées par cette nouvelle « catégorie » patrimoniale, à partir de l’observation des débats qui ont eu lieu au sein du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Il s’agit, pour nous, de tenter de comprendre comment l’entrée de l’alimentation dans la sphère du patrimoine contribue à perturber, à renouveler ou à repenser la notion telle qu’elle avait été définie à partir du XIXe siècle.