Les politiques de l’UNESCO, quelles répercussions sur les projets de restauration ?

capture-decran-2017-01-19-a-15-24-51
Institut national du patrimoine, Séminaire de recherche

30 janvier 2017, INP, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Champollion, 18h15

Chiara Bortolotto, Anthropologue, responsable du projet UNESCO frictions : heritage-making across global governance, et Claire Bosc-Tiessé, historienne de l’art, chercheur au CNRS, affiliée à l’IMAF (institut des mondes africains), co-directrice du projet archéologique et historique « Lalibela »

UNESCO FRICTIONS : explorer la fabrique globale du patrimoine culturel immatériel

Cette intervention présente le projet UNESCO frictions : heritage-making across global governance. A partir d’une discussion des travaux existants sur l’Unesco et ses effets, nous allons introduire la démarche adoptée dans ce projet collectif visant à suivre la vie sociale de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dès débats diplomatiques dans les salles de réunion de l’Unesco à la mise en œuvre de projets patrimoniaux à l’échelle locale dans trois pays (Grèce, Brésil et Chine) choisis comme études de cas en fonction de la diversité de leurs régimes patrimoniaux nationaux. Pour dépasser l’opposition entre « norme globale » et « réactions locales » et explorer la fabrique globale du patrimoine, nous proposons d’interroger la tension créative qui surgit lorsque des régimes de patrimonialité spécifiques doivent se confronter aux principes proposés par une norme internationale.