Musique et patrimoine immatériel : le cas du “samba de roda” de Bahia

Conférence de Carlos Sandroni, « Midis de Brésil(s) ». Séminaire mensuel pour le débat brésilianiste coordonné par Amanda Dias, Camila Georgetti et Mônica Raisa Schpun

En 2004, le ministère de la Culture brésilien a décidé de soumettre à l’Unesco la « samba de roda » de la région du Recôncavo, dans l’État de Bahia, dans le but de l’inscrire sur la troisième Déclaration des œuvres du patrimoine immatériel de l’humanité. À cette fin, il a été nécessaire d’élaborer un dossier de candidature avec des informations, des photos, des vidéos et des enregistrements. Un ethnomusicologue a été recruté pour diriger la réalisation de ce dossier. Au cours de ce processus, d’innombrables questions ont émergé concernant la samba et la représentation des cultures subalternes, sur l’identité nationale, les politiques publiques liées au patrimoine culturel, et l’idée d’une ethnomusicologie « engagée ». La candidature brésilienne a été acceptée par l’Unesco à la fin de l’année 2005. Depuis lors, les débats autour de ces questions reste vivant et prend de nouvelles dimensions.

Lundi 28 mai 2018, de 12h à 14h
salle B204, EHESS

54 bd Raspail, Paris 6e

 



Cite this blog post
Chiara Bortolotto (2018, May 20). Musique et patrimoine immatériel : le cas du “samba de roda” de Bahia. UNESCO frictions. Retrieved February 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/ovqg