Le patrimoine immatériel et le tabou de l’authenticité : de la pérennisation à la durabilité

Chiara Bortolotto ‘Le patrimoine immatériel et le tabou de l’authenticité : de la pérennisation à la durabilité’, in J. Csergo, Ch. Hottin, P. Schmit, Le Patrimoine culturel immatériel au seuil des sciences sociales. (On line : https://books.openedition.org/editionsmsh/15990)

Conçu historiquement comme objet de conservation dont le monument est l’incarnation exemplaire, le patrimoine est désormais défini comme « recréé en permanence » (Unesco 2003 : art. 2) et conçu comme une ressource dynamique où l’impératif de la transmission du vivant fait du futur le temps fort du patrimoine. Loin d’incarner banalement une coupure aberrante et artificielle entre matériel et immatériel, le concept de patrimoine culturel immatériel introduit par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) est un avatar paradigmatique de ce glissement vers le vivant, mettant à l’épreuve les principes fondateurs de l’institution patrimoniale, telles les notions occidentales de pérennité et d’authenticité. Parmi les nombreuses implications de l’institution du patrimoine culturel immatériel (PCI) pour repenser le patrimoine, l’évacuation de l’authenticité des critères de l’identification du patrimoine ouvre des perspectives inédites qui posent un défi majeur à la rhétorique patrimoniale dominante tout en introduisant des nouvelles contradictions.



Cite this blog post
Chiara Bortolotto (2020, May 19). Le patrimoine immatériel et le tabou de l’authenticité : de la pérennisation à la durabilité. UNESCO frictions. Retrieved April 25, 2024, from https://doi.org/10.58079/ovqr