Les politiques de l’UNESCO, quelles répercussions sur les projets de restauration ?

capture-decran-2017-01-19-a-15-24-51
Institut national du patrimoine, Séminaire de recherche

30 janvier 2017, INP, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Champollion, 18h15

Chiara Bortolotto, Anthropologue, responsable du projet UNESCO frictions : heritage-making across global governance, et Claire Bosc-Tiessé, historienne de l’art, chercheur au CNRS, affiliée à l’IMAF (institut des mondes africains), co-directrice du projet archéologique et historique « Lalibela »

UNESCO FRICTIONS : explorer la fabrique globale du patrimoine culturel immatériel

Cette intervention présente le projet UNESCO frictions : heritage-making across global governance. A partir d’une discussion des travaux existants sur l’Unesco et ses effets, nous allons introduire la démarche adoptée dans ce projet collectif visant à suivre la vie sociale de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dès débats diplomatiques dans les salles de réunion de l’Unesco à la mise en œuvre de projets patrimoniaux à l’échelle locale dans trois pays (Grèce, Brésil et Chine) choisis comme études de cas en fonction de la diversité de leurs régimes patrimoniaux nationaux. Pour dépasser l’opposition entre « norme globale » et « réactions locales » et explorer la fabrique globale du patrimoine, nous proposons d’interroger la tension créative qui surgit lorsque des régimes de patrimonialité spécifiques doivent se confronter aux principes proposés par une norme internationale.

Master « Ethnological expertise Intangible Heritage »

Roda de Capoeira in Salvador, Bahia. Photo: Pierre VergerThe University of Toulouse Jean Jaurès has launched a new master programme. UNESCO frictions is part of this project.

Here is the web site of the master

On November 23-24 Morena Salama, postdoctoral researcher at UNESCO frictions, will give the seminar:

Inventorying, proclaiming, assisting and promoting: the complementary lines of action of the Brazilian safeguarding regime.

The Brazilian safeguarding policy started to be structured just before the drafting of UNESCO’s 2003 Convention for the safeguarding of ICH. This pioneering role rendered a different focus to the Brazilian safeguarding regime. Instead of targeting into the international heritarization, such as the inscription of elements in the Representative List of the 2003 Convention, the Brazilian state has been concentrating its efforts on the proclamation of the Brazilian cultural references as National Cultural Heritage (a process called locally as “Registry”) and on the implementation of safeguarding measures after the national heritarization takes place.

By the time Brazil ratified the 2003 Convention, the participative shift introduced by this international treaty found a fertile terrain to be developed. Since then the main lines of action of the Brazilian safeguarding regime – inventorying, proclaiming, assisting and promoting, – have been implemented aiming at increasing the level of participation of the bearers’ communities, so they can become the “protagonists” of their own safeguarding process.

This course explores how this participative approach has been put into practice in the country. Initially these main lines of action will be examined as complementary steps of the same safeguarding process. Subsequently several concrete cases will be analysed and compared with the view of identifying how the bearer’s communities are involved in each case. The safeguarding processes to be presented are: the craft of ceramic pans of Goiabeiras; the Kusiwa graphic art, the samba de roda; the craft of baianas de acarajé; the Taper of Our Lady of Nazareth, the Yaokwa ritual, the capoeira and the fabrication of the viola de cocho.

 

 

Atelier sur la mise en œuvre de la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel

img_424224-28 octobre, Saint-Denis de la Réunion

L’objectif de cet atelier, organisé par le Centre Français du Patrimoine culturel immatériel en collaboration avec la Région Réunion et avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication, est de familiariser les participants avec les principes et les mécanismes de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Les participants à la formation sont les acteurs impliqués dans la pratique, transmission, gestion et mise en valeur du patrimoine immatériel : fonctionnaires, étudiants, professionnels du patrimoine, représentants d’associations, spécialistes de la communication et porteurs du patrimoine.

Master « Expertise Ethnologique en Patrimoine Immatériel » 

Un nouveau master est lancé par l’Université de Toulouse Jean Jaurès. UNESCO frictions est partenaire de ce projet.

Voir le site di master ici

Séminaires donnés par Mukaddas Mijit, chercheur associé à UNESCO frictions:

Construction d’un patrimoine musical : L’exemple des muqam de la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les 12 muqam ouïghour ainsi que les muqam régionaux ont été inscrits en 2008 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel (PCI) de l’humanité (originellement proclamés “chefs d’ouvre” en 2005). Depuis, la notion de PCI a obtenu une résonance forte chez les ouïghours du Xinjiang. Plusieurs centres de transmission des muqam ont commencé à attirer aussi bien des élèves ouïghours que des touristes. Les publications sur la musique et la danse de la région ont rencontré un succès sans précédant, et les spectacles et films sur les muqam ouïghours ont attiré un très grand nombre de spectateurs.

Quel est l’effet de cette stimulation sur le PCI ? Est-il bénéfique ou maléfique pour l’environnement et la transmission de ces traditions ?

Ces deux séminaires proposent une analyse des premiers effets de la patrimonialisation des muqam ouïghours à partir d’observations de terrain. Le premier séminaire introduit en détail la culture ouïghoure, puis les muqam ainsi que leur évolution dans le temps jusqu’à leur proclamation au PCI. Dans le second séminaire, sont présenté deux courts documentaires montrant des centres de transmission dans le but de mener une discussion sur la différence de perception de la convention du PCI selon les régions.